L’intelligence artificielle versus interprètes / traducteurs

L’intelligence artificielle représente l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la profession de traducteur depuis le milieu du XXe siècle, marqué par les premières expérimentations avec des systèmes de traduction automatique initiées pendant la Guerre froide.

Depuis lors, tous les 5-10 ans environ, le métier de traducteur est régulièrement condamnée à une mort imminente. Les traducteurs luttent, tels des gladiateurs dans l’arène de la Rome antique, en attendant que l’empereur et le public, par un simple mouvement du pouce vers le haut ou vers le bas, leur accordent la vie ou la mort.

Étant donné que ces dix dernières années, je me suis principalement spécialisé dans l’interprétation consécutive, il me semblait que les discussions et débats sur la question de savoir si les nouvelles technologies remplaceront les traducteurs concernaient principalement la traduction écrite.

Au-delà des technologies : Pourquoi l’avenir de l’interprétation humaine reste solide malgré les avancées de l’IA ?

On me demande souvent si je m’inquiète que les nouvelles technologies, permettant la réalisation de traductions écrites et orales, vont ôter la nécessité de mon métier.

En effet, de nos jours, ces nouvelles technologies deviennent de plus en plus performantes pour traduire des textes techniques, juridiques ou autres où la terminologie et les phrases sont répétitives et assez standard. Il existe également des technologies capables, en quelques clics, de faire parler la plupart des langues du monde. Cependant, non, je ne m’inquiète pas du tout, et les nouvelles technologies ne me font pas peur. Voici pourquoi :

Tout d’abord, le but de l’interprétation est bien plus vaste qu’une simple transmission d’un message oral produit dans une langue avec les mots d’une autre langue. Le but ultime de l’interprétation est d’assurer une communication efficace lorsque les interlocuteurs se comprennent bien et atteignent leurs objectifs.

Le message exprimé directement par des mots représente seulement une partie de la communication, son contenu formel. Bien que les nouvelles technologies soient assez compétentes pour assurer cette partie, elles ne sont pas encore dotées de certaines qualités permettant de rivaliser avec un être humain dans les situations nécessitant de l’interprétation.

La complexité de la communication : L’importance cruciale de la communication non verbale et du contexte dans l’interprétation humaine

Lors de la communication orale, beaucoup plus de choses passent par la communication non verbale que verbale. Beaucoup dépend également du contexte, défini comme “l’ensemble des conditions naturelles, sociales, culturelles dans lesquelles se situe un énoncé, un discours” (Larousse). Le sens d’une phrase résulte de la combinaison de la communication verbale et non verbale ainsi que du contexte.

La même phrase, “Tu veux bien sortir la poubelle ?”, peut avoir des significations différentes en fonction du contexte et des éléments non verbaux. Prononcée avec une intonation gentille et dans le contexte d’une bonne relation entre les interlocuteurs, elle peut signifier : “Je te serais très reconnaissante si tu m’aidais à sortir cette poubelle.” En revanche, un ton agacé dans le contexte d’une mauvaise relation entre les interlocuteurs peut changer la signification en : “Je t’avais déjà répété plusieurs fois qu’il fallait sortir cette poubelle, j’en ai marre qu’à chaque fois il faut te le rappeler.”

La Langue et la Culture : Les Défis Culturels que l’IA ne Peut Pas Encore Surmonter dans l’Interprétation Humaine

La langue est l’un des éléments qui constitue les particularités de la culture de chaque nation. Les personnes parlant des langues différentes ont souvent des codes culturels différents : le même geste n’a pas la même signification pour les ressortissants de différents pays.

Un exemple classique : le geste d’un pouce levé a des significations positives, c’est un signe de validation aux États-Unis, mais des significations très péjoratives dans des pays d’Amérique du Sud. Ainsi, lorsqu’un président des États-Unis a utilisé ce geste lors de sa visite en Amérique du Sud, un conflit diplomatique a été évité de justesse.

La culture de chaque pays ne se limite pas au gestuel, mais englobe plusieurs autres aspects qui peuvent jouer un rôle clé pour bien comprendre et interpréter le message exprimé par des mots. Bien saisir et décoder des messages non verbaux ainsi que le contexte accompagnant un message verbal font partie intégrante du travail de l’interprète. L’intelligence artificielle n’est pas encore au point pour accomplir cette tâche.

Conclusion

Dans un article récent sur l’intelligence artificielle que j’ai lu, la phrase qui a attiré mon attention est la suivante : “Les nouvelles technologies remplaceront-elles bientôt les travailleurs de certains secteurs ?”

Non, d’autres individus compétents dans ces technologies remplaceront plutôt ceux qui exercent actuellement ces métiers.” Pour moi, l’intelligence artificielle ne supprime pas le métier d’interprète, mais le modifie plutôt. L’intelligence artificielle a également le potentiel de devenir un outil de travail permettant aux interprètes de progresser professionnellement plus rapidement.”


TROUVEZ VOTRE TRADUCTEUR ET INTERPRETE EN CLIQUANT ICI