Inscription du savoir-faire liés au parfum du pays de Grasse à l’ UNESCO.

Samedi 15 décembre 2018, un jour pas comme les autres pour la ville de Grasse. Un évènement d’ampleur internationale a eu lieu. Tous les élus, les habitants et les invités de la ville ont fêté l’inscription des savoir-faire liés à l’écosystème du parfum du Pays de Grasse auprès de l’UNESCO !

Grasse à l' UNESCO

Selon Jérôme Viaud, le Maire de Grasse, « c’est la plus grande fête de l’histoire que la ville ait connue et qui est  non seulement un événement historique pour la ville de Grassois, mais pour toute la France et le monde de la parfumerie ».

Il a fallu 10 ans pour monter le dossier et l’emmener à terme afin que les 18 états membres de l’UNESCO prennent cette année la décision d’accorder à la ville de Grasse cette inscription. Ce dossier a été soigneusement suivi par Jean-Pierre Leleux, Sénateur des Alpes-Martimes, Maire Honoraire de Grasse et Président de l’Association Patrimoine Vivant du Pays de Grasse, qui a su s’entourer des meilleurs artisans des matières premières, de grands créateurs de parfums et de tous ceux qui travaillent tous les jours pour garder les savoir-faire précieux, pour  transmettre leur expérience dans le domaine de la parfumerie au futures générations et de garder ce patrimoine culturel pour l’humanité.

Jean-Pierre Leleux pense que le parfum étant « un symbole de rêves » a en même temps « un rôle de médiatisation et il est donc un facteur culturel important». D’où venait l’importance de garder à tout prix ces savoir-faire qui font partie de l’image de Grasse et de toute la France. « Ils ne savaient pas que c’était impossible, donc, ils l’ont fait », – cette fameuse phrase de l’auteur américain Mark Twain cité par Nadia Bédar, Directrice de la mission Patrimoine culturel immatériel « Les savoir-faire liés au parfum du Pays de Grasse», lors de la cérémonie de la remise du certificat de l’UNESCO sous les applaudissements des habitants de Grasse,  illustre bien la démarche audacieuse de citoyens de Grasse et de Jean-Pierre Leleux.interprete pour l unesco

Au finale, le savoir-faire dans la parfumerie  est devenu le 17eme élément français inscrit à l’UNESCO, ce qui fait, comme l’a souligné Laurent Stefanini, ambassadeur de France auprès de l’UNESCO, «que la France est maintenant le pays le plus doté en patrimoine culturel et mondial parmi tous les pays d’Europe ». D’autant, plus que le maintien du savoir-faire de la production et de la création de parfums, est d’une grande importance non seulement pour la France, mais pour toute la civilisation humaine.

Parmi les 200 pays qui ont eu l’honneur d’avoir cette inscription de leurs savoir-faire à  l’UNESCO seulement quelques uns peuvent dire que leur patrimoine culturel est d’une grande importance pour toute l’histoire de l’humanité, comme, par exemple, la Chine avec son savoir-faire de production de papier. Le sous-préfet de Grasse Stéphane Daguin est persuadé que l’art de la parfumerie a vraiment « une dimension internationale », et il cite comme preuve le faite que le Prince de Monaco Albert II a également donné son soutien à ce dossier monté par les Grassois ce qui signifie que le parfum certainement « réunit» les gens de tous les pays, de toutes les cultures et de toutes époques.

Merci pour les photos de Dgé Luc et Christian Benoit  Chris-Dgé-pixels-photographie

 

Grasse peut désormais se réjouir de ce statut officiel de la capitale mondiale de la parfumerie qu’elle a enfin obtenue après plusieurs siècles de travail et de plusieurs générations de Grassois. Eux qui ont créé des fragrances magnifiques gravées à jamais dans l’histoire pour y laisser leurs traces. Le parfum s’évapore, mais les souvenirs de sa beauté et du bonheur qu’il procure restent. C’est  aussi pour cela que le parfum est un symbole de rêve et  sa création une valse magique d’art et de science.

France tv info en parle